Anglais

Prononciation de l’anglais à travers le monde : du britannique à l’américain

Rédigé par Camille V. le 15/02/2019

De l’Ecosse à l’Australie, du Royaume-Uni aux Etats-Unis, la prononciation de l’anglais, certains mots de vocabulaire et expressions varient.
Voici un petit aperçu des principales langues anglaises qui vous attendent à travers le monde.

Prononciation de la langue anglaise : les particularités de l’accent tonique

Avant d’aborder les différences entre les anglais, il nous faut aborder la particularité toute propre à la langue anglaise : l’accent tonique.

Chaque langue a son propre rythme et une prononciation associée. Là où le français est marqué par une intonation croissante en fin de phrase et une prononciation de durée égale de chaque syllabe, la langue anglaise l’est par son accentuation. Tous les mots de plus d’une syllabe présentent en effet une syllabe accentuée : c’est l’accent tonique ou l’accent du mot, qui correspond à un changement d’intonation, une prononciation plus longue et énergique, et une voyelle longue et articulée. De la même façon, chaque phrase présente un mot accentué : c’est l’accent de la phrase.

Pour prononcer l’anglais au mieux, il faut donc s’éloigner de ses habitudes françaises pour épouser le rythme de l’anglais, qui alterne sons courts et longs selon que la syllabe est accentuée ou non. La meilleure façon d’y arriver est d’apprendre auprès d’un professeur dont la langue maternelle est l’anglais, et d’écouter, observer et imiter en parallèle l’anglais que vous entendrez à la radio, dans des séries ou des films. C’est ainsi que vous perdrez votre fameux French accent !

L’anglais d’Angleterre, le charme de l’accent British

C’est historiquement le premier anglais, celui qui a pris son nom du pays où il est né. Réputé pour être oralement élégant et soutenu, l’anglais d’Angleterre est l’un des plus appris et enseignés aux côtés de l’anglais américain.

Avec l’accent anglais, la plupart des syllabes sont prononcées et accentuées. Les diphtongues en sont un bon exemple. Les Anglais prononcent ainsi deux voyelles distinctement, même si elles ne sont pas écrites. Par exemple, c’est le cas dans “duty”, qui se prononce “dewty”.

Certaines consonnes sont quant à elles accentuées de manière exagérée pour donner plus de rythme à la langue, c’est ce que l’on appelle les plosives. C’est le cas des syllabes à consonnes fortes, comme le “b”, le “t”, le “p” et le “d”.

L’anglais américain ou l’anglais universel

L’anglais des Etats-Unis est communément admis comme le plus facile à apprendre pour un Français, c’est l’anglais universel. Il est en effet plus proche de l’accent dit international avec lequel nous apprenons l’anglais à l’école, plus nasal et linéaire que l’accent anglais. Avec l’hégémonie du cinéma, de la musique et des séries américaines, c’est aussi celui auquel nous sommes le plus souvent confrontés depuis la France.

L’accent américain a la particularité de “manger” les mots : certaines consonnes sont parfois oubliées pour une prononciation plus rapide et fluide. Par exemple, le “t” - lorsqu’il se trouve à l’intérieur d’un mot et surtout en début de syllabe - ne se prononce pas ou se transforme en “d” ou en “n”. Ainsi, les Américains prononcent “water” “wader”, “international” “inernational”...

L’anglais écossais et les particularités du Scottish English

Appelé Scottish English ou Scottish Standard English, l’anglais écossais est historiquement un métissage de l’anglais et du scots - langue germanique -, survenu à partir du 17ème siècle. Il a ensuite évolué pour adopter ses propres spécificités et se différencier légèrement de l’anglais britannique. A noter qu’au sein même de l’Ecosse, chaque région a un écossais avec ses particularités et un accent légèrement différent, d’où son apparente complexité.

Ainsi, les Ecossais emploient le diminutif “ie” pour indiquer le caractère “petit” du sens des mots associés. Par exemple, “laddie” (de “lad”) veut dire “jeune garçon” et “lassie” (de “lass”) signifie “jeune fille”. Au niveau de la prononciation, la principale difficulté de l’accent réside dans la consonne “r”, qui est roulée.

Quant au vocabulaire, voici quelques expressions à maîtriser pour épater les Ecossais :

  • How no? : Pourquoi pas ?

  • Bairn : enfant

  • Pal : copain, camarade

  • What age are you? : Quel âge as-tu ?

  • Aye : oui

  • Tattie : pomme de terre.

L’anglais irlandais, la prononciation anglaise la plus “challenging”

L’Irlande compte deux langues officielles - le gaélique d’Irlande et l’anglais - et de nombreux dialectes. Si l’anglais irlandais voit le jour au 13ème siècle, il n’est adopté à la Cour et dans les administrations qu’au 17ème siècle. Il a donc continuellement évoluer pour devenir une langue à part entière et se différencier subtilement de l’anglais d’Angleterre.

La principale particularité de l’anglais irlandais est sa prononciation très rapide, qui rend son accès plus compliqué que l’anglais américain par exemple. A cela s’ajoutent également quelques variantes spécifiques au pays :

  • En fin de mot, la consonne “g” ne se prononce pas. Ainsi “morning” se dit “mornin’”.

  • Les voyelles sont adoucies. Le son “ay” est prononcé “ah” ou “aw” (“you” se dira “ya”) et le son “aye” “oi” (“Ireland” se dira “Oireland”).

  • Les consonnes sont durcies et toutes prononcées. Le “t” est prononcé “ch” (“tube” se dira “chube”) et le son “th” “d” (“that” se dira “dat”).

Sur le plan de vocabulaire, voici quelques expressions irlandaises à retenir :

  • Cheers qui signifie initialement “santé” et est employé pour trinquer, mais qui s’utilise en Irlande dans de nombreuses situations

  • Lad : mec (quand on désigne quelqu’un de proche)

  • Right, très utilisé pour ponctuer ses propos

L’anglais australien, un accent anglais venu de l’Océanie

Ancienne colonie britannique devenue indépendante en 1901, l’Australie a tout naturellement un anglais d’influence britannique. L’anglais australien s’est peu à peu américanisé pour adopter son propre accent, que certains jugent assez difficile d’accès.

Pas de panique, il suffit de tendre l’oreille et d’intégrer les quelques différences de prononciation:

  • Le “a” se prononce souvent comme un “i”, un “ay” (par exemple, “mate” sera prononcé “mayte”) ou un “eh” (“cat” se prononce “ceht”)

  • Le son “ou” est souvent prononcé “eah” (“see you” se prononce ainsi “see yeah”)

  • Les “i” et “ee” sont prononcés “eah” également (“see you” se prononce donc plutôt “seah yeah”)

  • Le son “r” n’est pas toujours prononcé en fin de phrase, remplacé par un son proche du “ah” (“later” se prononce donc “latah”).

L’anglais australien se différencie également par l’emploi de certaines expressions spécifiques au pays :

  • Mate, un terme signifiant “mec” ou “mon pote” très employé par les Australiens en fin de phrase

  • Good day pour saluer toute la journée, au lieu de “hello”, “good morning” ou “good afternoon”

  • Hooro pour dire au revoir…

Sur le plan de l’orthographe, il se rapproche du britannique. Ainsi, les “o” sont souvent suivis d’un “u” comme dans “colour” (“color” en anglais américain) et le suffixe “ise” est utilisé à la place du suffixe “ize” américain (“motorise” et non “motorize”).

Et vous, quel est votre accent anglais préféré ?

Ces articles pourraient vous intéresser

Les meilleurs cours d'anglais en ligne et autres conseils...

10 romans classiques à lire en anglais

L’anglais made in USA en 10 livres

5 raisons d’apprendre l’anglais sans plus tarder