Japonais

Quels sont les 10 livres à lire en japonais ?

Rédigé par Margaux C. le 18/08/2020

Entre deux cours particuliers de japonais, il est essentiel de faire travailler sa mémoire en écoutant dès que possible cette langue. Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à vous : regarder une série ou un film en japonais, écouter une émission de radio ou des chansons, ou encore, lire un manga ou un livre en japonais. Découvrez quels sont les 10 livres à lire absolument en japonais.

1/ 1Q84 (いちきゅうはちよん, Ichi-kyū-hachi-yon), Haruki Murakami

Comment parler de littérature japonaise sans évoquer 1Q84 de Murakami ? Impossible ! C’est l’un des auteurs les plus lus au monde. Entrez dans n’importe quelle librairie, et vous verrez certainement l’un de ses ouvrages sur un présentoir. 1Q84 raconte l’histoire d’Aomamé et Tengo. La première est une jeune thérapeute, professeur d’arts martiaux et tueuse à gages. Elle a été élevée dans la secte des “témoins” jusqu’à ses onze ans, avant de s’éloigner par choix de la communauté et de ses parents. Elle cherche aujourd’hui à tuer les hommes qui commettent des violences sur les femmes. Tengo est prof de maths et écrivain qui peine à percer. Anciens camarades d’école, Aomamé et Tengo vont se rapprocher au fil du livre, évoluant dans le monde décalé de “1Q84”. Le premier tome (il y en a trois en tout) de ce livre est paru en 2009.

2/ Les Bébés de la consigne automatique (コインロッカー・ベイビーズ, Koinrokkā Beibīzu), Ryû Murakami

Paru en 1980, ce livre raconte l’histoire de nouveaux-nés abandonnés dans plusieurs consignes de gare. Tous vont mourir, sauf deux : Hashi et Kiku, qui vont être recueillis dans un orphelinat. A partir de là, c’est leur évolution dans la vie que nous allons suivre. Une vie, marquée pour toujours par cette enfance, empreinte de violences, de souffrances et de désespoir. Hashi et Kiku vont partir à la recherche de leur identité. Une quête qui les mènera dans les bas-fonds de Tokyo. Hashi va se prostituer puis devenir un chanteur de rock à succès ; Kiku, qui devient champion de saut à la perche, va se retrouver en prison pour avoir tué un membre de sa famille.

3/ La Tombe des lucioles (火垂るの墓, Hotaru no Haka), Akiyuki Nosaka

Kobe, 1945. C’est l’histoire d’un jeune homme et sa soeur, Seita et Setsuko, orphelins qui tentent de survivre au milieu des bombardements et de la guerre. Livrés à eux-mêmes, les deux enfants continuent à vivre comme ils peuvent. Au coeur de ce chaos, ils vont adopter des lucioles, qui éclairent leur modeste demeure, et vont leur tenir compagnie. Cette nouvelle semi-autobiographique a été publiée en 1967. Elle a été adaptée au cinéma par le Studio Ghibli sous le titre “Le Tombeau des lucioles” en 1988.

4/ Ma vie de geisha, Mineko Iwasaki

Mineko Iwasaki fut l’une des plus grandes geiko (c’est comme ça qu’on appelle une geisha à Kyoto) du quartier de Gion à Kyoto, jusqu’à sa retraite soudaine à l’âge de 29 ans. Dans ce livre, elle lève le voile sur cette profession secrète : “Je veux vous raconter ce qu’est la vraie vie d’une geisha, soumise aux exigences les plus folles et récompensée par la gloire. Je veux briser un silence vieux de trois cents ans”. Grâce à ce témoignage, c’est un art de vivre aussi passionnant que cruel que nous découvrons. Durant sa carrière, Mineko Iwasaki a rencontré de nombreuses personnalités, telles que la reine Elizabeth II et le prince Charles. Car derrière les fastes et les soirées mondaines, c’est la véritable condition des geishas, jeunes femmes peu instruites et totalement soumises aux envies de leurs clients, que dénonce Mineko Iwasaki. Une condition qui n’aurait pas évolué depuis le Japon post-féodal. Ce livre est paru en 2002.

5/ Le Pavillon d’or (金閣寺, Kinkaku-ji), Yukio Mishima

Publié en 1956, ce livre se base sur un fait réel : l’incendie du Pavillon d’or à Kyoto perpétré en 1950 par un jeune moine bouddhiste. Un fait divers qui a choqué l’opinion publique, d’autant que ce lieu symbolique avait jusque là été préservé malgré les multiples conflits et guerres. Le narrateur est l’incendiaire : Mizoguchi, un homme laid et bègue, qui par des aléas de la vie, et une rancoeur exacerbée, va finir par réaliser l’acte ultime et non modifiable, l’incendie de ce bâtiment historique, d’une beauté incroyable.

6/ Les 7 Roses de Tokyo (Tokyo sebun rōzu), Hisashi Inoue

Pendant une année, d’avril 1945 à avril 1946, un fabricant d’éventails d’un ancien quartier de Tokyo tient un journal intime. Le narrateur, plein d’humour et de traits d’esprit, raconte son quotidien sous l’occupation américaine. Magouilles, marché noir, contestation, etc. : l’heure est à la débrouillardise. Est également décrit le destin de sept femmes, espionnes, qui oeuvrent à faire tomber les plans dressés par l’occupant. Ce livre a été publié en 1999.

7/ Je suis un chat (吾輩は猫である, Wagahai wa, neko de aru), Natsume Sôseki

Paru en 1905, ce livre met en scène un jeune professeur, sous l’ère Meiji, qui accueille un chat chez lui. Le professeur Kushami (qui signifie “éternuement” en japonais), un grand professeur de littérature britannique, qui va lui apprendre les principes de la vie et faire son éducation. A travers les yeux du félin, nous découvrons un à un les hurluberlus qui entourent le professeur. Pour comprendre le Japon, rien ne vaut de se plonger dans les yeux du chat de Kushami.

8/ Les Délices de Tokyo (あん, An), Durian Sukegawa

Pour réussir le an, cette pâte composée de haricots rouges qui accompagne les pâtisseries japonaises, les dorayaki, Tokue n’a qu’une règle : “écouter la voix des haricots”. Tokue est une vieille dame mystérieuse, dont les doigts sont déformés, sans que l’on sache pourquoi. Sentarô est son employeur. Dès l’arrivée de Tokue dans l’échoppe, Sentarô voit le nombre de ses clients doubler brusquement. Tous sont conquis par les dorayaki de Tokue. Mais comme elle est arrivée, Tokue disparaît du jour au lendemain. Sentarô part alors à sa recherche, pour comprendre ce qu’il s’est passé. Paru en 2016, le livre a été adapté au cinéma par Naomi Kawase et primé au Festival de Cannes.

9/ Notes de Hiroshima (ヒロシマ・ノート, Hiroshima noto), Kenzaburo Oe

Publié en 1965, ce recueil regroupe plusieurs reportages, réalisés à Hiroshima entre 1963 et 1964. C’est en 1963 que Kenzaburo Oe se rend pour la première fois à Hiroshima dans le cadre de la 18e commémoration du bombardement atomique dont rend hommage la Conférence mondiale contre les armes nucléaires. La parole est donnée aux hibakusha, les irradiés de la catastrophe. Un ouvrage puissant qui permet de mieux comprendre les traumatismes du Japon.

10/ Seventeen (セヴンティーン), Kenzaburô Oé

Un ado fête ses 17 ans. Mal dans sa peau et ayant du mal à communiquer avec ses parents, ce jeune homme est surtout très frustré sexuellement. Il est obnubilé par ses pulsions sexuelles, qui le coupe du reste du monde. Il n’a pas d’amis, vit dans son monde, en solitaire. Pour les militants d’extrême-droite, qui sont sans cesse à la recherche de nouveaux membres, cet ado est la proie idéale. Ce livre, inspiré de faits réels, a été publié en 1961. Kenzaburô Oé a été lauréat du Prix Nobel de Littérature 1994.

Lisez vos livres préférés en langue japonaise ! En suivant de manière régulière des cours particuliers de langue japonaise, vous aurez accès à un enseignement sur-mesure avec une personne native, qui vous donnera les bons réflexes de prononciation, grammaire, orthographe et vocabulaire. Les meilleurs professeurs particuliers de japonais, qui sont près de chez vous, vous attendent déjà !

Ces articles pourraient vous intéresser

Introduction à 10 des plus grands auteurs japonais

Tout savoir du JLPT, le test officiel de langue japonaise

Comment apprendre le japonais ?

Séjour au Japon : des règles de politesse à connaître