Japonais

Introduction à 10 des plus grands auteurs japonais

Rédigé par Marine H. le 17/08/2020

Hisashi Inoue, Durian Sukegawa, Mineko Iwasaki … Une poignée d’auteurs japonais ont marqué l’Histoire de ce pays, ainsi que sa culture depuis le XXème siècle. Poésie ou roman, influences asiatiques ou occidentales, voici les plus grands noms de la littérature japonaise.

Le japonais est une langue qui appartient à la famille des langues “japoniques”. Elle n’est que très peu utilisée comme langue officielle dans le monde. Au Japon elle n’est pas reconnue comme langue officielle, mais de facto, c’est bien le japonais qui est utilisé au Japon. Le japonais est aussi utilisé dans d’autres pays, ou d’autres villes en dehors du Japon : à Lima et à Sao Paulo par exemple. Le Japon, si éloigné géographiquement de la France à pourtant une Histoire commune. (Re)Découvrez l’Histoire du Japon à travers les 10 meilleurs écrivains japonais.

1/ Hisashi Inoue, le “magicien du verbe”

Passionné par les mots Hisashi Inoue rédige de nombreux textes en même temps qu’il poursuit ses études. Après quelques années d’écriture il se passionne pour les jeux de mots et souhaite les rendre vivants. C’est pour cela qu’il devient dramaturge. Il réussit à apporter au genre “shingeki” un renouveau, alors même que ce genre était réservé aux auteurs occidentaux. Hisashi Inoue est resté président de de l'Association des auteurs dramatiques japonais de 2003 à 2007.

Ses oeuvres phares :

  • Je vous écris, 1997

  • Les 7 roses de Tôkyô, 2014

2/ Durian Sukegawa, le poète innovant

Durian Sukegawa est un artiste comme on en rencontre rarement. Il est à la fois auteur de nouvelles et de poésies, mais aussi artiste de rue. Innovant depuis toujours, Durian Sukegawa créé la “Société des poètes qui hurlent”, en 1990. Son but est d’allier la lecture de poème avec de la musique punk. Jusqu’aux années 2000, Durian Sukegawa joue le rôle d’un chroniqueur pour une émission de radio nocturne aimée par les jeunes adolescents.

Ses oeuvres phares :

  • Les Délices de Tokyo, 2013

  • Le Rêve de Ryôsuke, 2014

3/ Mineko Iwasaki, femme d’affaire, ex-geiko

Mineko Iwasaki n’est pas une auteure comme les autres. Elle n’a écrit qu’un livre, tiré de sa vie personnelle de geisha. Mineko Iwasaki est la geisha la plus connue du Japon, même avant la parution de son autobiographie. En effet, lors de sa carrière elle rencontre de nombreuses célébrités du monde entier, comme la Reine Elisabeth II par exemple. Elle quitte sa maison natale apprendre la danse japonaise traditionnelle à l’âge de cinq ans. Dix ans plus tard elle devient maiko, une apprentie geisha. Puis elle est nommée geiko à l'âge de vingt et un ans. “Geiko” est le nom adopté pour désigner une geisha dans la région de Tokyo.

Son oeuvre phare :

  • Ma vie de geisha, 2002

4/ Natsume Sôseki, qui signifie littéralement en chinois : “se rincer la bouche avec une pierre”

“Sôseki” signifie littéralement “se rincer la bouche avec une pierre” car il aurait inversé deux caractères chinois. Natsume Sôseki refuse d’avouer son erreur et la justifie. Ce surnom devenu expression, qui désigne aujourd’hui quelqu’un d’obstiné, prêt à tout pour justifier ces propos, même invraisemblables.

Dès l’école il découvre sa passion pour la littérature chinoise. Mais lors de ses études supérieures on lui demande d'étudier l’anglais et l’architecture. Le gouvernement japonais l’envoie étudier à Londres, mais sans un sou il décide de se plonger dans la littérature.

Natsume Sôseki est l’auteur de nombreux poèmes qu’il écrit quand il est encore étudiant. Une fois ses études terminées, il écrit davantage de romans et de nouvelles.

Ses oeuvres phares :

  • Je suis un chat, 1905

  • Botchan, 1906

  • Oreiller d'herbes, 1906

5/ Kenzaburō Ōe, entre écrivain talentueux et homme engagé

Kenzaburō Ōe s'intéresse depuis sa plus tendre enfance à la littérature et aux cultures étrangères. Kenzaburō Ōe quitte sa famille qui réside sur une île depuis plusieurs générations pour poursuivre ses études. Toujours passionné par la littérature occidentale, il rédige son premier récit : "Un drôle de travail". Il se veut porte-parole de la nouvelle génération japonaise.

Kenzaburō Ōe est un auteur reconnu pour son talent. Il est d’ailleurs récompensé à plusieurs reprises au cours de sa carrière. Il reçoit le Prix Akutagawa pour son récit "Gibier d'élevage", ou encore le Prix Nobel de littérature en 1994.

En plus d’être un écrivain reconnu, il met son dévouement au service de la démocratie et du pacifisme au Japon. Il a ainsi co-fondé l’association de défense de la Constitution pacifique. Enfin, Kenzaburō Ōe lutte aussi pour l’abandon du nucléaire.

Ses oeuvres phares :

  • Dites-nous comment survivre à notre folie, 1966

  • Gibier d'élevage,1957

  • Arrachez les bourgeons, tirez sur les enfants, 1958

6/ Akiyuki Nosaka, le génie insolent

Né pendant l’entre-deux-guerres, Akiyuki Nosaka connut une enfance et une adolescence compliquée, pauvre et triste. Alors qu’il est obligé de voler pour survivre pendant la Seconde Guerre mondiale, Akiyuki Nosaka est arrêté et envoyé en maison de correction par les autorités japonaises. Son père lui demande alors suivre des études de littérature française à Tokyo.

L'écrivain Akiyuki Nosaka en 1988.• Crédits : Marc GANTIER - Getty

En 1963, il publie Les Pornographes. Ce livre est choquant pour les Japonais, et fait éclater un scandale. Akiyuki Nosaka était devenu célèbre. En 1967 il écrit La Tombe des lucioles qui le fait connaître mondialement.

Son oeuvre phare :

  • La Tombe des lucioles, 1967

7/ Yukio Mishima, un carrière qui débute à la pré adolescence

Yukio Mishima est très proche de sa grand-mère qui lui enseigne tout son savoir sur le théâtre. Il est donc plongé dans le monde de la littérature dès son plus jeune âge. Il écrit son premier ouvrage à l’âge de 12 ans. A l’école il est très vite remarqué et intègre l’équipe de rédaction de celle-ci. Il poursuit ses études à l’École romantique japonaise, puis à la faculté des sciences juridiques de l'Université Impériale. Après avoir travaillé quelque temps au ministère des Finances, il démissionne pour se consacrer entièrement à la littérature. C’est son ouvrage Confession d'un masque qui le rend célèbre.

Ses oeuvres phares :

  • Confession d'un masque, 1948

  • Les Amours interdites, 1953

  • Le Pavillon d'or, 1956

  • La Mer de la fertilité, 1964-1970

  • Le Japon moderne et l'éthique samouraï, 1967

8/ Yasunari Kawabata, le prodige

Yasunari Kawabata est le second enfant d’une famille plutôt riche et cultivée du Japon. L’enfant perd en quelques années tous les membres de sa famille à l'exception de son grand-père avec qui il aura une relation particulière.

Pendant son adolescence il part à l’université pour étudier la littérature japonaise. Yasunari Kawabata aurait entretenu des relations intimes avec son camarade de chambrée. Parler d’homosexualité à cette époque est encore mal vu, mais il s’en sert comme d’une force pour en parler dans ses livres.

En 1919, il intègre le cercle littéraire. C’est là qu’il rencontre Hatsuyo (Michiko), sa future femme. Elle l’a pourtant quitté seulement un mois après leur mariage.

Yasunari Kawabata n’a jamais cessé d’écrire : en 1948 il est élu président du Pen club et en 1954 il devient membre de l'Académie Japonaise des Arts.

Ses oeuvres phares :

  • Pays de neige, 1935-1948

  • Le Grondement de la montagne, 1949-1954

  • Les Belles Endormies, 1960-1961

  • Tristesse et Beauté, 1961-1965

9/ Ryû Murakami, une personnalité “bien trempée”

Ryû Murakami a grandi dans une ville accueillant une base navale américaine. L’auteur a donc, depuis toujours, côtoyé la culture occidentale. Il assiste et participe à des opérations visant à protester contre l’installation de portes avions de l’US Army, l’armée américaine.

Les personnages des romans de Ryû Murakami évoluent dans une atmosphère anxiogène voire angoissante (personnages isolés, marginaux ou sectaire). Ses ouvrages à l’ambiance si particulière sont appréciés du public. Ryû Murakami a d’ailleurs reçu plusieurs récompenses comme le prix Akutagawa en 1976.

En plus d’être un écrivain Ryû Murakami est aussi cinéaste et réalisateur.

Ses oeuvres phares :

  • Bleu presque transparent, 1976

  • Les Bébés de la consigne automatique, 1980

  • Miso Soup, 1997

  • Parasites, 2000

10/ Haruki Murakami, une pointure du monde de la littérature japonaise

Haruki Murakami est un écrivain japonais, fils d’une professeur de littérature. Il a toujours été baigné dans la littérature étrangère grâce à sa mère. Il étudie la tragédie grecque à Tokyo puis ouvre un club de Jazz, sa seconde passion.

A la fin de ses études, il quitte le Japon avec sa femme pour rejoindre l’Europe (la Grèce et l’Italie) pour trouver davantage de diversité. Il finit par s'installer aux Etats Unis, où il enseigne la littérature japonaise dans les universités les plus prestigieuses comme Harvard ou encore Princeton. Après les attentats dans le métro de Tokyo, il décide de rentrer dans son pays natal.

Haruki Murakami est connu partout dans le monde pour ses ouvrages. Il a d’ailleurs été récompensé à plusieurs reprises, notamment avec le prix Yomiuri ou encore le Prix World Fantasy 2.

Ses oeuvres phares :

  • La Course au mouton sauvage, 1982

  • La Ballade de l'impossible, 1987

  • Chroniques de l'oiseau à ressort, 1994-1995

  • Kafka sur le rivage, 2002

  • 1Q84, 2009-2010

La culture japonaise est l’une des plus vieilles du monde. Comprendre la vie de ces écrivains et lire certains de leurs ouvrages est un bon moyen de comprendre la culture du pays et l'évolution de cette langue, si différentes de celles occidentales. Pour vous aider et vous améliorer nos professeurs particuliers peuvent vous aider. Lancez-vous !

Ces articles pourraient vous intéresser

Quels sont les 10 livres à lire en japonais ?

Tout savoir du JLPT, le test officiel de langue japonaise

Comment apprendre le japonais ?

Séjour au Japon : des règles de politesse à connaître